CIAM
logos_banner2.jpg

press

International Press Coverage of CIAM

Anne-Sophie d 'Andlau et Catherine Berjal, droites dans leurs bottes

Le Figaro
by Elsa Bembaron

Elles sont les cofondatrices de CIAM, une société de gestion alternative indépendante qui s'est distinguée dans la défense des actionnaires minoritaires.

Elles parlent d'une seule voix. Sans se concerter. L'une commence la phrase, l'autre la termine, sans jamais s'interrompre. Leur complicité est à l'image de leur société : atypique. Anne-Sophie d'Andlau et Catherine Berjal sont les cofondatrices de CIAM, « une société de gestion alternative indépendante » . En huit ans, elles ont déjà mené de nombreux combats. Passées du côté de la défense des actionnaires minoritaires, « lassées de voir des abus systématiques » , elles ne reculent devant rien. Pas même un procès à Disney à qui elles réclament 930 millions d'euros au civil pour sa gestion d'Euro Disney. Les petits actionnaires français du plus grand parc d'attractions d'Europe, qui ont vu leurs économies fondre comme neige au soleil, apprécieront.

Cette action contribue à forger leur réputation, alors qu'elles sont déjà une exception sur la place de Paris : les gestionnaires d'actifs femmes spécialisées dans les hedge funds, ces fonds à risque mais à haut rendement, se comptent sur les doigts de la main. Elles sont les seules à y avoir créé leur propre fonds. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elles se sont rencontrées au début des années 2000. «   Nous étions peu de femmes dans ce métier » , commence Anne-Sophie d'Andlau. « Nous nous sommes rencontrées à un dîner » , enchaîne Catherine Berjal : « Quelqu'un voulait nous embaucher, or je l'avais refusé. J'avais quelques années d'expérience de plus que lui. » Elles en rient encore. « Mais attention, nous ne sommes pas des féministes », insiste Anne-Sophie d'Andlau, soucieuse d'échapper aux clichés trop vite attribués aux femmes qui réussissent à s'imposer dans des milieux très masculins. Physiques avantageux, intelligentes... On les devine aussi rompues à parer les attaques sexistes ou misogynes. « Catherine a un caractère fort qui lui a permis de s'imposer sur les marchés financiers » , mentionne Éric Trouslard qui avait recruté Catherine Berjal. « C'était la seule à réellement oser défendre avec conviction ses positions et ses idées d'investissement et la seule à me challenger » , ajoute-il.

...

Article