CIAM
logos_banner2.jpg

press

International Press Coverage of CIAM

Le fonds CIMA poursuit Disney

Luxemburger Wort
Par Yves Kengen

Pour de nombreux épargnants, investir dans Euro Disney semblait un bon placement. Disneyland Paris est la première attraction d’Europe mais ce succès ne s’est pas retrouvé en Bourse. L’action Euro Disney SCA a perdu 99% de sa valeur depuis 1990 alors que l’actionnaire majoritaire Walt Disney Co engrangeait, grâce au parc parisien, plusieurs milliards d’euros de revenus en 25 ans. Une pilule dure à avaler pour les petits actionnaires.

Devant ce constat, la société de gestion luxembourgeoise Charity Investment Asset Management (Ciam), qui gère le fonds Cima, lui-même actionnaire d’Euro Disney, a décidé de saisir la justice française. Malgré sa fréquentation importante, le parc ne fait pas de bénéfices. Walt Disney est la seule partie qui tire de l'argent d'Euro Disney, grâce notamment à des prélèvements annuels importants sur le résultat.

Critique sur commissions annuelles de plus de 110 millions d'euros

Comment en est-on arrivé là? Au pic de sa valeur, la capitalisation boursière d'Euro Disney était de 3,3 milliards d’euros. Après avoir mis le parc à genoux en prélevant de lourdes commissions, Walt Disney a décidé, en 2015, de recapitaliser Euro Disney à son profit. Cette recapitalisation s’est déroulée en trois étapes: une augmentation de capital, une conversion des dettes en actif et, une OPA.

Le tout calculé au prix de 1,25 euro par action, validé par une attestation d'équité du cabinet Ledouble. A l’issue de l’opération, Walt Disney Co détient 76,7%, le prince saoudien Al-Waleed Bin Talal 10% et le reste, soit 13,3%, est détenu par des fonds d’investissement, dont Cima, et des petits porteurs.

Parallèlement aux actions en justice concernant l'offre, ces actionnaires s'insurgent contre le fait que, dans le cadre de sa gestion du parc, Disney a absorbé environ deux milliards d’euros au nez et à la barbe des autres actionnaires, en prélevant environ 110 à 125 millions d’euros par an, notamment en contrats de développement et de management. Cima affirme que Euro Disney est géré dans l’intérêt exclusif de The Walt Disney Company (TWDC). Au surplus, la direction d'Euro Disney serait dans une situation de conflit d'intérêts en étant incitée à favoriser TWDC au détriment d'Euro Disney. A titre d’exemple, tous les salariés d'Euro Disney se voient accorder des actions d'Euro Disney SCA dévaluées tandis que le comité de direction reçoit des actions de Walt Disney Co…

Tromperie sur la valeur réelle de la société?

Ciam soutient par ailleurs que les actionnaires minoritaires ont été trompés sur la valeur réelle d’Euro Disney à l’occasion de sa recapitalisation. Le point clé concerne la valorisation du foncier. En effet, seule une partie du domaine d’Euro Disney est exploitée. Les parcelles vierges sont progressivement aménagées et vendues. Les plus-values potentielles sont donc énormes. Pour y voir clair, Ciam a commandé un rapport à un expert, Thierry Bergeras, dont les conclusions contredisent celles de l’expert de Disney. En prenant en compte ces plus-values latentes, il évalue l’action d’Euro Disney à 3,7 euros, soit le triple du chiffre pris en compte pour lancer l’OPA.

Cima réclame en outre que soient reversés à Euro Disney 930 millions d’euros au titre des sommes trop perçues par TWDC. Trois procédures sont en cours: une plainte au pénal contre Disney et ses filiales pour abus de biens sociaux, dépôt de documents comptables falsifiés et diffusion d’informations erronées; un procès devant le tribunal de commerce de Meaux pour obtenir le remboursement à Euro Disney par TWDC de 930 millions d'euros; un recours devant la Cour de cassation française contre l'approbation par l'autorité des marchés financiers française de l'offre d'achat des actions Euro Disney déposée par Walt Disney.

Article (French)